Depuis le temps que je vous promets ce post, le voici le voilà ;)

Si vous avez suivi mes “aventures” sur ces derniers mois/années, vous n’êtes pas sans savoir que je suis à Londres depuis maintenant 1 an et demi – et que j’ai changé d’appartement en mars dernier ! Je crois que ce n’est un secret pour personne : trouver un logement à Londres, c’est RELOU.

Je pense que c’est un peu la même chose qu’à Paris – ou dans beaucoup de grandes villes – mais n’ayant jamais recherché d’appartement sur Paris, je me contenterai de partager mon expérience sur Londres ^^ (et je vous invite à comparer vos expériences parisiennes ou autres ;) )

Je pense n’avoir rien oublié, n’hésitez pas à réagir en commentaire, poser les questions restées en suspens et me dire si vous êtes ou prévoyez de venir à Londres pour vos études, un stage, un nouveau travail, un VIE, progresser en anglais ou simplement changer de vie

( pour celles est ceux qui veulent juste venir quelques jours en touristes, je vous conseille de passer par des auberges de jeunesse, des appartements Airbnb ou des petits hôtels “low cost”)

 

1. Des loyers à la semaine – et aux enchères !

Quand on vient d’une ville de Province telle que Nantes ou Orléans (mes précédents lieux de résidence ^^), on est déjà surpris par LE PRIX des loyers londoniens … Pour un petit 30m2, comptez facilement 3x ce que vous payiez en Province ! #youpi

Petit détail : ici les loyers sont affichés à la semaine et non au mois :) (bien que le prélèvement reste mensuel) Pensez à sortir votre calculatrice ! (prix à la semaine x 52) / 12

Et ça ne s’arrête pas là, ce petit T2 pour lequel vous êtes tombé en amour à votre 60ème visite ? Il va falloir être prêt(e)s à vous battre pour l’avoir ! Parce que 1. vous n’êtes sûrement pas le/la seul(e) à le vouloir (ah oui les autres aussi préfèrent le carrelage à la moquette beige dans la salle de bain ?), et 2. ici les proprios jouent LE JEU DES ENCHÈRES !

Exemple concret, pour notre premier appartement (que nous avons réellement trouvé après une vingtaine de visites – en 2 jours xD ), l’agence nous a contactés quelques minutes après notre dépôt de dossier (“offer”) – qui avait lui-même été fait quelques minutes seulement après notre visite (oui il faut savoir être TRÈS rapides quand un appart vous plaît) – pour nous dire qu’un autre locataire était sur le coup, et que nous aurions plus de chance de “gagner” si nous acceptions de donner £15 de plus par semaine … (nous aurions d’ailleurs pu décider dès le début d’offrir plus que le loyer demandé – mais sur des petits appartements je pense que les locataires tentent d’abord le coup avec le loyer de base ^^) Comment démêler le vrai du faux ? Y avait-il vraiment quelqu’un d’autre sur le coup ? Bref, nous avons dit “ok” – et nous avons eu l’appartement ! Victoire, oui – mais victoire un peu amère …

 

2. Différentes options de recherches – préférez les agences immobilières

Pour trouver un appartement (ou une colocation), plusieurs options sont possibles : vous pouvez passer par les petites annonces immobilières entre particuliers (vous en trouverez bon nombre sur Gumtree, le “Leboncoin” anglais) ou via une/des agence(s). Personnellement, après avoir contacté plusieurs particuliers nous avons finalement opté pour les agences immobilières – plus simple, mais aussi plus sécur ! Quand on débarque dans une nouvelle ville, dans un autre pays, avec ses propres “codes”, c’est parfois plus facile de se reposer sur les bons conseils d’un professionnel :) (même si ledit professionnel est aussi là pour se faire des sous)

Nous sommes actuellement en contrat avec l’agence immobilière Marsh & Parsons – qui couvre tous les quartiers de Londres – mais nous avons effectué nos visites via plusieurs agences. Si on entend souvent en France des arnaques de “liste d’appartements” ou de frais à avancer pour les visites, nous n’avons pas été confronté à ce genre de problèmes ici. Toutes nos visites réalisées via agences étaient entièrement gratuites (et souvent effectuées avec la voiture de l’agent pour passer d’un appart à l’autre – bien pratique !). Le seul moment où nous avons du payer quelque chose était celui du dépôt de dossier pour notre appartement coup de cœur (un “holding deposit” qui correspond à 1 ou 2 semaines d’avance de loyer – pour éviter qu’on ne fasse des dépôts de dossiers un peu partout, ça se comprend), cette avance nous aurait par ailleurs était rendue si nous n’avions pas été retenus sur l’appartement en question ! (mais pas si nous avions simplement changé d’avis)

 

3. Vérification d’identité, solvabilité et “bonne conduite”

Autre chose un peu surprenante dans ce processus de location, la vérification de notre identité, solvabilité et “bonne conduite”. En France les choses sont claires, nettes et précises : justificatif d’identité, dernier avis d’imposition, derniers bulletins de salaire, contrat de travail, dernières quittances de loyer, caution et demande d’un garant dans certains cas. C’est un résumé un peu rapide, mais la liste des documents qu’un propriétaire est en droit de vous demander est encadrée par la loi Alur, et celui-ci ne peut donc pas demander “n’importe quoi”.

Ici, la demande de copie de relevés de comptes bancaires par exemple est chose courante, et ils ne vérifient pas seulement si nous sommes “dans le positifs”. Ils détaillent nos différents comptes et opérations, demandent si l’argent présent sur nos comptes d’épargne est accessible ou non, ou encore s’assurent que nous n’avons pas de crédit en cours – pratiques totalement interdites en France.

La vérification de ces références (“reference check”) est effectuée par des entreprises privées et non l’agence ou le propriétaire – et est bien entendu facturée (£60 dans notre cas). Si vos références ne sont pas assez solides, l’agence pourra alors vous proposer de faire une avance des 3 ou 6 premiers mois de loyer pour valider le processus (dans le cas d’une colocation il semblerait qu’une avance d’un mois suffise).

 

4. Contrat de location

Le contrat de location classique en Angleterre est appelé AST (Assured Shorthold Tenancy). C’est un contrat d’un an renouvelable, qu’il est possible d’établir en contrat de 2 ou 3 ans. L’agence nous a conseillé de cocher la case des 3 ans pour rassurer le propriétaire – en nous assurant que si nous devions vraiment partir avant la fin des 3 ans, tout était négociable (dires confirmés par nos amis londoniens déjà locataires depuis quelques années).

Le locataire et le propriétaire ont 2 mois de préavis pour rompre un contrat de location. Concernant le renouvellement du contrat de location, il est conseillé de prévenir le propriétaire 3 mois avant la fin du contrat de location soit 1 mois avant la date du préavis.

Il n’existe pas de contrat de location type au Royaume-Uni. Celui-ci peut donc varier, être très long et contenir de nombreux éléments. C’est pourquoi nous avons préféré passer par des professionnels de l’immobilier plutôt qu’un particulier (les pièges et les vices de procédures sont malheureusement courants …).

Notre changement d’appartement en mars dernier était à l’initiative de notre propriétaire qui désirait vendre l’appartement dans lequel nous vivions, elle a pris à sa charge tous les frais relatifs à notre déménagement (location de van, déménagement de la ligne internet, frais d’agence, etc.) et l’agence nous a trouvé un nouveau chez nous super rapidement ! Ce n’est donc malheureusement pas un bon exemple de retour d’expérience sur une rupture de contrat.

 

5. Charges

Pensez également à bien vérifier les charges incluses dans le prix de votre loyer (électricité, internet, chauffage, eau chaude, etc.) Les charges de copropriété sont généralement comprises dans le loyer – mais ça ne coûte rien de demander confirmation ;)

 

6. Caution

Dans notre cas la caution demandée (“deposit scheme”) correspondait à 6 semaines de loyer, mais elle peut monter à 8 semaines dans certains cas (notamment si vous emménagez avec un animal de compagnie).

 

7. Council tax

Autre petite réjouissance : la council tax, l’équivalent de notre taxe d’habitation française. Celle-ci varie en fonction du quartier/arrondissement (“borough”) de résidence. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site internet de votre borough. Et si vous êtes étudiant, vous n’aurez pas à payer cette taxe !

 

8. Assurance habitation

Concernant l’assurance habitation à Londres, dans le cas d’une location, c’est au propriétaire d’assurer son bien. En tant que locataire nous n’avons aucune obligation de s’assurer de notre côté :)

 

EN RÉSUMÉ :

Ci-dessous les différents frais qui vous attendent si vous passez par une agence immobilière :

  • Avance de 6 semaines de loyer au moment du dépôt de dossier pour l’appartement (votre “offer”)
  • Caution de 6 ou 8 semaines (“deposit”)
  • Frais d’agence – qui correspondent généralement à une semaine de loyer (“administration charge”)
  • Frais d’inventaire à l’entrée dans l’appartement (“inventory check-in fee”) – également réalisé par une entreprise privé
  • Frais de vérification de vos références (“reference fee”)
  • Optionnel : avance de 3 ou 6 mois de loyer

 

Psst ! Le blog a maintenant son appli mobile ♡
Disponible en téléchargement gratuit sur l’App Store et Google Play !

18 commentaires

  1. Ahah ça me rappelle de sacrés souvenirs à mon arrivée à Bristol, je partais m’installer pour un an pour une année Erasmus et quand j’ai compris la galère que ça allait être pour trouver un appartement… En fait, il n’y avait tout simplement pas assez de logements pour tous les habitants… Quelques Erasmus se sont découragés et sont repartis chez eux… Moi j’ai mis 10 jours pour en trouver un mais il ne fallait pas faire la difficile ahah

    • Charlotte Répondre

      Ahah la galère ! Moi qui pensais que c’était sûrement plus facile en dehors de Londres ! xD

    • Charlotte Répondre

      Oui c’est un peu (beaucoup) la galère quand on débarque et qu’on “découvre” tout ça ! (même si on s’en doutait un peu ^^)

  2. Un mine d’informations !
    J’avais entendu dire que ce n’était pas simple de trouver un logement sur Londres (on a déjà eu du mal à en trouver un par AirBnb …) Merci pour ces infos !

    • Charlotte Répondre

      Oui c’est vrai que c’est un peu la même galère pour trouver un Airbnb sympa, bien situé et à prix raisonnable !

  3. Ahaha pour avoir vécu à Londres je sais que la recherche d’appartement est hyper difficile :( Mais je pense que pour celles et ceux qui souhaitent partir ton article pourra être bien utile !

    • Charlotte Répondre

      Oui j’aurais bien aimé avoir toutes ces petites infos quand on est arrivé ici !

Laisser un commentaire